• cliquez ici pour imprimer la page
  • cliquez ici pour augmenter la taille du texte
  • cliquez ici pour réduire la taille du texte

Un peu d'histoirePourquoi Boucau ?...

carte de Boucau

Cette dénomination vient du gascon "Boucaou" (petite bouche) pour désigner l'embouchure de l'Adour, et qui faisait dire "lou boucaou" ce qui explique que certains s'obstinent à dire Le Boucau, inscription qui figurait encore vers les années 1920/1922 sur les bâtiments de la Gare et de la Poste.

L'embouchure de l'Adour (Boucaou) date d'octobre 1578, lorsque l'Adour se fixa dans un lit définitif.

Notre fleuve paisible eut en effet une jeunesse turbulente. Vers 1310, il se jetait dans le "Gouf" de Capbreton. Une violente tempête de sable le bloqua brusquement. Gonflés par l'obstacle, des flots tumultueux remontèrent de 16 kms au Nord, et vinrent déboucher à Port d'Albret, aujourd'hui Vieux Boucau.

400ème anniversaire du détournement de l'Adour
Octobre 1978
400ème anniversaire du détournement de l'Adour
L'Adour

En 1491, on tenta sans succès de ramener l'embouchure à Capbreton. Sous le règne de Charles IX, le commerce bayonnais prenant de l'extension, les "marchands" souhaitaient un accès à la mer plus rapproché pour favoriser le trafic. L'ingénieur Louis de Foix se fit fort de rouvrir une issue voisine de Bayonne au lieu dit "Trossoat".

Les travaux entrepris en 1572, de manière trop décousue et occasionnant d'immenses dépenses semblaient au bout de six ans, vouer l'entreprise à l'échec.

Le 28 octobre 1578, une formidable crue de l'Adour vint à propos soutenir un ultime effort de Louis de Foix. Les flots déchaînés du fleuve se frayèrent un chenal qui devint le lit définitif et actuel de l'Adour. L'ancien lit s'ensabla peu à peu malgré les efforts de Capbreton pour le maintenir. Il disparut complètement entre 1700 et 1800. Le Lac d'Hossegor en est un vestige.